Jean Bacon
  • Jean Bacon. Est-ce d’être à la fois français et anglais (par d’assez lointains ancêtres) qui l’a rendu viscéralement pacifiste ? Mais un pacifiste qui n’aurait vraiment rien de bêlant : il est de ceux qui estiment que la guerre se combat moins efficacement avec de bonnes paroles qu’avec de bons coups de griffes. Journaliste au service français de la BBC pendant dix ans, puis responsable de communication dans un grand groupe industriel, puis animateur-fondateur d’un institut d’enseignement des langues vivantes, auteur de théâtre à l’occasion, il n’est devenu historien que sur le tard… mais après avoir longuement mûri son coup. La publication en 1981 de son essai ravageur Les Saigneurs de la guerre (par les Presses d’Aujourd’hui, filiale de Gallimard), ouvrage mal classable qui se voulait une brève histoire — terriblement « contemporaine » — du commerce des armes, fut un sacré coup de tonnerre dans le ciel de notre insouciance largement désinformée (salué en tout cas par une bonne centaine d’articles de presse soucieux de réparer quelques fâcheux « oublis » — et presque tous dithyrambiques).

Les titres de l'auteur