Au cœur de l’Antarctique

Au cœur de l’Antarctique

Ernest Sir Shackleton

Au début du siècle précédent, le pôle Sud constituait encore une des dernières terra incognita de la planète. Von Drygalski, Nordenskjöld, Charcot, Scott, tous avaient été vaincus par les glaces. Mais, à bord du Discovery de Scott, un homme se jure de revenir à la charge : le bouillant sir Ernest Shackleton. Il vend tout ce qu’il possède et arme en 1908 un petit phoquier. Un...

Édition papier

Date de parution : 03/06/2010

Prix : 8,70 €

Format : 18.2 x 12 cm, 208p.

ISBN : 978-2-7529-0466-9

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 03/06/2010

Prix : 8,70 €

ISBN : 978-2-36914-158-7

    « Comme chef d’expédition, donnez-moi Scott. Pour un raid rapide et efficace, Amundsen… Mais quand l’adversité vous entoure et que vous ne voyez pas d’issue, agenouillez-vous, et priez que l’on vous envoie Shackleton. »

    Raymond Priestley, géologue,

Au début du siècle précédent, le pôle Sud constituait encore une des dernières terra incognita de la planète. Von Drygalski, Nordenskjöld, Charcot, Scott, tous avaient été vaincus par les glaces. Mais, à bord du Discovery de Scott, un homme se jure de revenir à la charge : le bouillant sir Ernest Shackleton. Il vend tout ce qu’il possède et arme en 1908 un petit phoquier. Un défi fou ? Des vents d’une violence inouïe, des températures extrêmes, la faim et des crevasses à chaque pas, voilà ce qui attend Shackleton et ses compagnons sous le soleil rasant du pôle.
Le récit intégral et illustré, publié en 1910 par la revue Le Tour du monde, de la prodigieuse expédition de l’un des plus grand héros de l’aventure polaire.

Le célèbre géologue polaire Raymond Priestley résumait ainsi les mérites des trois plus grands explorateurs de l’Antarctique : « Comme chef d’expédition, donnez-moi Scott. Pour un raid rapide et efficace, Amundsen… Mais quand l’adversité vous entoure et que vous ne voyez pas d’issue, agenouillez-vous, et priez que l’on vous envoie Shackleton. » On ne saurait mieux évoquer la personnalité de l’illustre Sir Ernest (1874-1922), dont les voyages sont autant de chroniques de l’impossible.